Montpezat - Gard (30) Communauté de Communes du Pays de Sommières

logo du site
  • Montpezat - Gard (30)
  • Montpezat - Gard (30)
  • Montpezat - Gard (30)
  • Montpezat - Gard (30)
  • Montpezat - Gard (30)
  • Montpezat - Gard (30)
  • Montpezat - Gard (30)
  • Montpezat - Gard (30)
  • Montpezat - Gard (30)
  • Montpezat - Gard (30)
  • Montpezat - Gard (30)
  • Montpezat - Gard (30)
  • Montpezat - Gard (30)

Accueil du site > Tourisme > Histoire du village, personnages marquants

Histoire du village, personnages marquants

Blason

Montpezat

Région : Occitanie
Département : Gard
Arrondissement : Nîmes
Canton : Calvisson
Intercommunalité : Communauté de communes du Pays de Sommières


Maire Mandat : Jean-Michel Andriuzzi - 2014-2020
Code postal : 30730
Code commune : 30182
Démographie Population municipale : 1 089 hab. (2012)
Densité : 88 hab./km2
Géographie coordonnées 43° 51′ 09″ Nord 4° 09′ 29″ Est
Altitude : Min. 78 m – Max. 193 m
Superficie 11,98 km2

Géographie
Les communes de Combas, Saint-Mamert-du-Gard, Parignargues, Saint-Côme-et-Maruéjols et Souvignargues sont limitrophes de la commune de Montpezat.
Montpezat est l’une des 79 communes membres du Schéma de cohérence territoriale (SCOT) [1] du Sud du Gard et fait également partie des 51 communes du pays Vidourle-Camargue [2]

Histoire
Villa Alsatis en 994, Castrum Montispesati en 1156 et Montpesat en 1435. La bulle d’Adrien IV du 10 décembre 1156 recense déjà le château de Montpezat parmi les possessions de l’évêque de Nîmes.

Au xiie siècle, le village fut une place forte occupant une position stratégique sur les premiers contreforts des Cévennes. Son allure guerrière marque fortement le paysage.

Montpezat, comme beaucoup de communes de cette région eut son lot de malheurs. Durant les guerres de religion, vers 1570, les protestants des environs, attaqués par le maréchal de Damville, se réfugièrent dans l’enceinte du château, mais un assaut final eut lieu et tous les hommes y furent massacrés.

En 1851 la densité de population de Montpezat dépasse les 100 habitants/km2. Au XVIIe siècle les Hautes Cévennes sont plus peuplées que les plaines des Basses Cévennes, peut-être grâce à la présence du châtaignier dans les hauteurs où il se plaît mieux. Dans les plaines plus basses, c’est le développement du mûrier dès le début du XVIIIe siècle qui a accompagné la croissance démographique commencée au XVIIe siècle.




Site réalisé en SPIP pour l'AMRF